Conseils avant édition
A lire avant de publier
une correctrice à votre disposition


les correcteurs, toujours utiles, même à des légendes littéraires ?
Le métier de correcteur est-il inutile ? La preuve que non !...
des corrections et des livres


Le petit jeu ci-dessous n'a pas été apprécié par l'ensemble des correctrices :)

Aujourd'hui, on prétend que le métier de correcteur/correctrice est désuet et voué à disparaître car caduque.
Les fautes d'orthographe font parties du paysage littéraire, du moins journalistique. Personne (ou si peu) ne s'en offense.
On économise les frais de correction car, pense-t-on, personne ne fera attention à quelques malheureuses fautes de "frappes".

Pourtant, le travail de correction reste essentiel à toute oeuvre écrite. Le couple auteur/correcteur reste indispensable pour produire une oeuvre de qualité.

Ainsi, on apprend que Jane Austein avait un niveau frolant le zéro en orthographe et en grammaire et que le style impeccable d "Orgueil et préjugés" doit beaucoup à son correcteur.

De même, "Les bienveillantes" de notre contemporain Jonathan littel, a eu besoin d'un sérieux travail d'un correcteur de chez Gallimard avant sa publication.

Les exemples ne manquent pas qui démontrent qe les correcteurs restent des dinosaures utilent.

Vous également, réagissez :)

Ajouter un commentaire

-- du 15 septembre 2015 à 12 : 35
par abdelfatteh : Triste de voir une erreur "Les exemples ne manquent pas qui démontrent qe les correcteurs restent des dinosaures utilent.

- le 08 juillet 2011 à 11 : 31
par : jE METS EN CAPITALES LES FAUTES TROUVÉES ET LES CORRECTIONS SUGGÉRÉES :
Aujourd'hui, on prétend que le métier de correcteur/correctrice est désuet et voué à disparaître car IL EST DEVENU/IL SERAIT DEVENU caduque.
Les fautes d'orthographe font PARTIE du paysage littéraire, TOUT AU MOINS DU PAYSAGE journalistique. Personne (ou si peu DE MONDE/DE GENS) ne s'en offense.
On économise les frais de correction car, pense-t-on, personne ne fera attention à quelques malheureuses fautes de "FRAPPE".

Pourtant, le travail de correction reste essentiel à toute Œuvre écrite. Le couple auteur/correcteur reste indispensable pour produire une Œuvre de qualité.

Ainsi, on apprend que Jane Austein avait un niveau FRÔLANT le zéro en orthographe et en grammaire et QUE le style impeccable DE "Orgueil et préjugés" doit beaucoup à son correcteur.

De même, LE ROMAN "Les Bienveillantes", de notre contemporain Jonathan Littel, a eu besoin DU sérieux travail d'un correcteur de chez Gallimard avant sa publication.

Les exemples ne manquent pas qui démontrent QUE les correcteurs restent des dinosaures UTILES.


Le webmaster qui a réalisé votre site ne vous a-t-il pas donné la possibilité de corriger votre propre texte avant publication ? J'espère que vous ne l'avez pas payé cher...

- le 08 juillet 2011 à 11 : 26
par Marie : Aujourd'hui, on prétend que le métier de correcteur/correctrice est désuet et voué à disparaître car xxxxxxxxxxx caduque.
Les fautes d'orthographe font PARTIE du paysage littéraire, TOTU AU MOINS DU PAYSAGE journalistique. Personne (ou si peu DE MONDE/DE GENS) ne s'en offense.
On économise les frais de correction car, pense-t-on, personne ne fera attention à quelques malheureuses fautes de "FRAPPE".

Pourtant, le travail de correction reste essentiel à toute Œuvre écrite. Le couple auteur/correcteur reste indispensable pour produire une Œuvre de qualité.

Ainsi, on apprend que Jane Austein avait un niveau frÔlant le zéro en orthographe et en grammaire et que le style impeccable DE "Orgueil et préjugés" doit beaucoup à son correcteur.

De même, LE ROMAN "Les Bienveillantes", de notre contemporain Jonathan Littel, a eu besoin DU sérieux travail d'un correcteur de chez Gallimard avant sa publication.

Les exemples ne manquent pas qui démontrent qe les correcteurs restent des dinosaures UTILES.



Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.

Commentaires depuis octobre 2014 :

Vous pouvez vous exprimer